• l'indice d'un fonctionaire détermine son traitement brut. 

    Ensuite, toutes les primes sont des pourcentages de ce traitement brut.   Y compris l'indemnité de résidence, le supplément familial, mais aussi une part des allocations familiales ... 

    deux liens interessants :

    http://sgencfdt.46.free.fr/Documents/Comment_decrypter_un_bulletin_de_salaire_Sgen46.pdf

    http://www.univ-paris13.fr/sinfonie/images/stories/syndicats/CGT/special_traitements_2010.pdf

    Donc, plus le traitement brut est élevé, plus tu touches !  C'est normal, une maison de riche ça coute plus cher qu'un hlm de pauvre, et un enfant de riche n'a absolument pas les memes besoins ni la meme valeur qu'un gosse de pauvre !!!

    C'est la fiche de paye imprimée par l'état qui le dit. Ca doit être attaquable au tribunal administratif, non ? J'en parlerai au syndicats...

    Attends, j'ai pas encore parlé des primes !

    En plus, le taux des primes est variable selon la catégorie et le corps. Et c'est le meme cirque, plus l'indice est elevé, plus te taux grimpe !

    Qu'un chef gagne plus qu'un subalterne, ça ce conçoit, il a d'ailleurs un indice plus élevé et plus de sous .

    Pour le reste, je me souviens vaguement d'une notion d'égalité qui m'étais inculquée à l'école quand on me parlait du pays des droits de l'homme...


    7 commentaires
  • Bonsoir,

    La PFI demeure la seule prime reconnaissant une technicité particulière à des personnels BIATOSS. La prime de technicité des AB-BAS-BIB est intégrée depuis un moment dans le montant global des primes aligné sur les corps équivalents des filières ITRF et AENES
    De même, les sujétions spéciales des personnels des bibliothèques ne sont plus reconnues (ISS des MAG intégrée dans montant global aligné sur corps équivalents ITRF et AENES) autrement que par un régime horaire hebdomadaire et de congés plus favorable.

    Bon courage

    Télécharger « cr fsu ctp 6 juillet 2010.pdf »


    votre commentaire
  • Là je vais simplement donner pour info la manière dont les primes fonction et résulats ont été attribuées cette année à P7 (je n'ai pas le tps de développer là mon opinion à ce sujet) :
     
    une cartographie des fonctions a été élaborée par la DRH (un peu dans leur coin on va dire) sur une échelle de 5 (catégorie 1 étant la plus basse = C en gros) et un montant de primes alloué à chaque catégorie.
    Avec un rappel sur un an (je ne sais pas si d'autres universités sont allées jusque là, si ça a été pratique courante ou pas, ce qui a fait pour bon nombre un 13ème mois)
    Les primes statutaires sont déduites comme il est dit dans la PFR, les contractuels n'y ont pas droit. La NBI est conservée pour l'instant.
     
    La part résultats : une envellope de 160euros (environ, je ne sais plus exactement) x par le nombre d'agents a été donnée aux chefs de services à charge à eux de la distribuer comme ils l'entendaient.
    Je sais que dans certaines UFR elle a été partagée entre les contractuels, ou bien donnée aux C qui n'ont pas été "revalorisés"
    Mais ailleurs.... ???? J'imagine que certains ont dû en faire une prime au mérite mais nous n'avons pas de retour de tous....
    Bref chacun a fait comme il voulait, comme il pouvait... sans plus d'instructions. Pas très transparent tout cela....

     Vous trouverez un résumé du système sur la page 2 du blog Collectif Biatoss P7 ici :

    http://biatossp7.eklablog.com/accueil-c158257/2

    C'était juste un  résumé posté pour les collègues qui n'étaient pas venus à la réunion organisée par la DRH

    et je vous mets en pj le power point de la DRH

     

    Un bon nombre de collègues C ont touché la prime de catégorie 2 (B) mais certains A (3 ou 4 je ne sais plus) ont eu la mauvaise surprise de découvrir que leur poste était cartographié en 3 (ASI) et non en 4 (A).

    Pour eux l'univ est revenue en arrière pour cette année mais pour le futur ils doivent changer de poste s'ils veulent être en adéquation avec leur grade ou faire évoluer leur poste.

    10 gestionnaires C de la scolarité centrale ont eu la mauvaise surprise d'apprendre que leur poste n'avait pas été revalorisé et qu'elles n'allaient toucher que la prime 1 (augmentation de 70 euros une fois la prime statutaire déduite).... L'univ ne semble pas prête à revenir en arrière pour elles.

    Elles ont été reçues par le DRH et un adjoint du SG mais je n'ai pas l'impression que ça bouge.

     

    L'opacité de l'élaboration de la cartographie (sans navette avec les RA) a été dénoncée par les syndicats, de me^me que la manière un peu brutale dont les agents ont reçu les mauvaises surprises....

    Et on note un ressenti de la  part des collègues qui se sentent floués envers les collègues qui ont été revalorisés

     P7 n'est même pas cité à ce sujet dans la plaquette de propagande "les bénéfices de l'autonomie des universités" que vous avez certainement tous (j'aimerais bien savoir combien elle a coûté....), ils doivent être furax !

    PS : Me suis encore plantée dans le sens de l'échelle, catégorie V est en fait en bas et catégorie 1 tout en haut

     

    votre commentaire
  • On est tous ds la même mouise concernant les primes. A Paris 6 entre les PFR, PIP, PER etc... on a affaire à une des plus belle usine à gaz que j'ai jamais vue et j'en ai vu pas mal. Plusieurs de ces primes sont soumises à coefficient (de 1 à 3). Certains changements de coefficient à la baisse ne sont pas explicités aux agents, contrairement au droit.
    Oui, l'opacité est la règle.
    Bref c'est de la bouillie pour chat à laquelle presque personne ne comprend plus rien. Je pense d'ailleurs que c'est un des but de toute cette opération.
    J'ai un désaccord avec toi sur un point. Le mot "corporatisme" ne doit pas être employé entre nous. Sa connotation relève plutôt de l'association "capital-travail" que de la défense des acquis.
    J'ai pu constater à maintes reprises que ce terme (défense des acquis) était jugé rétrograde, voire assimilé à un gros mot par des interlocuteurs locaux ou ministériels.
    Qui ne pensent d'ailleurs qu'à une chose : nous faire revenir en arrière de plusieurs décennies et à instaurer une concurrence féroce entre chacun(e) d'entre nous.
    Revenons à nos moutons. Il ne s'agit pas seulement que chaque catégorie se défende pour elle-même mais qu'elle défende une situation indemnitaire qu'elle est à même de comprendre.
    Exemple : les magasiniers des bibliothèques touchent une indemnité de sujétion spéciale (ISS). Celle-ci correspond à une sujétion réelle : ouvertures de 9 h à 19 h (ou 20 h, voire 22 h), travail du samedi....
    Au nom de quoi devraient-ils perdre une partie de ces revenus au profit d'autres catégories plus mal loties ? Nous ne sommes pas au patronage, on  n'a pas à s'inscrire ds une logique de partage de la misère. Il en va de même pour d'autres catégories tant ds les bibliothèques que ds l'ASU ou chez les ITRF. A l'arrivée tout le monde y perd.
    C'est au nom de l'équité que les régimes de retraites ont été alignés par le bas entre le public et le privé.

    La section FO de Paris 6 s'est posée toutes les questions que tu soulèves. Sa décision a été de rencontrer la semaine prochaine le nouveau SG-adjoint pour lui poser ces questions, en savoir plus sur la question des primes et la politique de l'UPMC en la matière. Et d'en rendre compte ensuite au personnel de la fac.
    La LRU a, entre autre, comme fonction de nous autonomiser (de nous atomiser ?) les uns par rapport aux autres.
    Nous nous ferons donc un plaisir de vous communiquer les résultats de cette entrevue.
    A bientôt,

    votre commentaire
  • Bonsoir,

    partager les primes équitablement, quelle drôle d'idée !
    pourtant, elle plait aux quelques collègues a qui j'en ai parlé.
    et si vous vous en donnez les moyens, c'est faisable !
    vous vous souvenez de tictac ?
    le serveur mis en place par les NTE avant l'election de Durand à la demande des syndicats ...
    et oui, de la meme manière vous pouvez demander à ce que soit mis en place une consultation électronique des personnels.
    forcément, on connait la réponse ...
    mais faut arreter les conneries !
    ex : la prime de chef de service donné au pretexte d'encadrement, alors que le personnel de catégorie A est justement sensé encadré !
    vu comme cela, il est normal de donner une prime à la secrétaire qui fait du secrétariat, non ?
    donc on partage la globalité des primes et on donne la meme chose à tout le monde. ( ok, au prorata de la quotité de travail, mais surtout plus proportionnel au salaire !  l'indice est déjà là pour faire la différence... )
    si vous pouviez en discuter entre syndicalistes et membre de la "commission prime", ça permettrai de passer l'idée en douceur ....

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique